Le langage libre

Notre quatorzième épisode

Pour le quatorzième épisode de La haine de la poésie, on reçoit la députée de la circonscription de Taschereau Catherine Dorion. Selon elle, la poésie peut apparaître n’importe quand, elle l’associe à un moment précis qui capte l’instant présent, un moment qu’elle considère comme un cadeau qui ne sert à rien, qui la désenchaîne de la réalité. Elle considère en effet que la poésie est inutile, mais qu’elle pallie ce qui est utile, elle rend l’utile plus habitable, plus sain. Elle s’intéresse à la poésie qui utilise un langage parlé, écrite dans des langues qui sont près des gens. Elle affirme finalement que la poésie se déploie selon plusieurs formes qui sont « des développements de liberté subis par moment qui trouvent le moyen d’exister malgré la densité de nos vies ». La poète invitée par Catherine, Marjolaine Beauchamp, lit un extrait de Fourrer le feu publié aux Éditions de l’Écrou.

L’enregistrement de cette conversation? Plonger dans le métha l’instant d’une heure. Parler poésie au beau milieu d’un lundi de députée. Alors où se retrouvent les poètes? Dans la tempête, entre les pleurs du bébé et les interventions sur le tramway!
— Catherine Dorion

Le langage libre – 14e épisode de La haine de la poésie
00:00

29:48

Le langage libre – 14<sup>e</sup> épisode de La haine de la poésie<a href=’https://x24cdn.com/productionsrhizome.org/media/library/2035/14095/14095.X.mp3′ target=’_blank’><i class=’fa fa-download’></i></a>
  • Le langage libre – 14e épisode de La haine de la poésie

Nos invitées

Catherine Dorion

Catherine Dorion, députée provinciale

Catherine Dorion est députée de la circonscription de Taschereau depuis le 1er octobre 2018. Elle est diplômée en art dramatique (Conservatoire de Québec), en relations internationales et droit international (UQAM) et en War Studies (King’s College de Londres). Elle se tient en équilibre au-dessus de plusieurs cases : chroniques, politique active, poésie, réalisation, roman, théâtre. Son spectacle Fuck toute, un spectacle dans le noir sur l’aliénation culturelle créé avec l’artiste Mathieu Campagna, joue à guichets fermés depuis deux ans. Elle a publié le recueil Même s’il fait noir comme dans le cul d’un ours (Cornac, 2014) et l’essai Les luttes fécondes (Atelier 10, 2017), gros succès de librairie. Tous deux ont été mis au programme de nombreux cours au collégial et à l’université. Ce qui se passe dehors, un roman politique jeunesse, est paru en mars 2018 chez Hurtubise.


Marjolaine Beauchamp

Marjolaine Beauchamp, poète

Marjolaine Beauchamp est poète, auteure, interprète et performeuse. Elle a publié deux recueils de poésie, Aux Plexus (Écrou, 2011), Fourrer le Feu (Écrou, 2016) et plusieurs textes dans des revues et des sites littéraires, tels Revue Zinc, Filles Missiles et Joual de Bataille. La création radio, la médiation culturelle, les concepts de genre et de conciliation travail-famille dans le domaine des arts et les nouvelles écritures font partie de son champ d’intérêt et de l’orientation actuelle de sa pratique.